• Vous êtes ici :
  • Accueil
  • Nos conseils pour bien acheter

Nos conseils pour bien acheter

EVACUEZ LES IDEES RECUES… 

«Je n’ai pas encore décidé de mon budget, mais il faut bien voir ce qu’offre le marché pour voir ce que je peux acheter » 

VRAI et FAUX : Si vous n'avez pas de contrainte budgétaire, vous pouvez faut commencer par voir ce que le marché à a vous proposer. En revanche si votre achat est lié à une somme définie (vente d'une maison, héritage...etc) il est indipensable de connaître le montant à ne pas dépasser pour savoir ce que vous offre le marché dans votre catégorie de prix.

 

 

« Je dispose d'un montant X , parce que j’ai mis ma maison à la vente»

FAUX : A moins de disposer d'une épargne déjà constituée, vous ne disposerez de la somme qu’une fois votre maison vendue et c’est à ce moment là seulement que vous verrez de combien vous disposez. (Mais aucun vendeur entre temps ne  bloquera sa maison pour vous en attendant que vous ayez vendu la votre). Commencez par vendre ou voyez votre banque pour trouver la solution temporaire vous permettant de trouver votre nouveau toit

 

 

« Je pourrai disposer d'une somme X , car j’ai fait une évaluation bancaire il y a 5 ans »

FAUX : entre 2011 et 2015 les taux d’intérêt ont été divisés par 2…on vous prête sans doute plus aujourd’hui qu’hier…revérifiez, vous arriverez plus forts sur le marché de l’achat.

 

 

« Je veux visiter un bien mais je ne dispose de des deux tiers de sa valeur, car aujourd’hui tout se négocie… »

FAUX : Tout ne se négocie pas, ou du moins, pas autant. S’il y a souvent une petite souplesse, restez réalistes: dans le marché du luxe et du caractère, cette souplesse n’a rien à voir avec ce que vous annoncent les journaux. Nos biens sont rares, la région se remplit tous les jours et accroit encore cette rareté. Pensez que les statistiques sont faites sur la France entière et/ou pour le plus grand nombre. Elles ne parlent pas des marché de niche que sont ceux du bien de caractère, de luxe, ou de l’atypique …. Le bien que vous achèterez sera rare sur le marché, et s’il vous parait plus cher qu’une maison classique de lotissement, dites vous que le jour où vous le revendrez, cette différence vous permettra, à vous aussi de vendre plus cher qu’un bien standard. Songez-y : le bien de caractère ne se déprécie pas avec le temps. Il se bonifie. 

 

 

« C’est ma dernière maison, ou la maison de toute une vie.. »

FAUX : le taux de rotation moyen en France est de 7 ans. Que vous le vouliez ou non, la vie avance, les enfants vont, viennent grandissent, partent, la cellule s’agrandit, se rétrécit, on divorce, on se remarie avec un conjoint ayant des enfants, on achète une grande maison de vacances, de famille….et les enfants au bout de 7 ans voudront avoir le choix de ne pas passer toutes les vacances avec les parents ou grands parents, on prend de l’âge, ça devient trop grand, on en a marre du jardin, on veut une grande terrasse, on en a assez d’une terrasse, on veut un jardin avec une piscine…bref, on se projette, mais la vie vous fera évoluer. 

Une maison est devenue désormais un bien de consommation comme un autre. NE VOUS PROJETEZ PAS SUR L’ACHAT D’UNE VIE, vous vous mettriez vous-même des barrières superflues, raisonnez par tranche de 10 ans maxi. C’est largement suffisant.

 

 

« Je ferai une bien meilleure affaire en me passant d’une agence.. »

FAUX : L’agence connait le prix du bien et son marché, connait les propriétaires, leur latitude et ce qui peux les aider à prendre une décision en votre sens. Elle connait le nombre de visites, le nombre d’échecs de vente et leurs raisons, elle peut au contraire vous informer si vous êtes en danger de vous faire « souffler » la maison (une fois de plus, plus fréquent que l’on ne croit dans le bien de luxe ou de caractère, qui est unique). Plus une agence travaille en confiance avec les vendeurs et les acquéreurs, plus elle créera une situation propice à vous satisfaire pour que vous alliez jusqu’au bout de la démarche. 

Le croirez-vous ? Après une acquisition, très souvent, nous recevons des fleurs… c’est une jolie preuve non ?

 

 

« Je suis trop âgé/malade pour acheter…les banques ne me prêteront pas »

FAUX : Les banques financent très tard et même malades (convention AERAS) et si un jour vous avez un gros souci …l’assurance prendra le relais du crédit, et vous, vous aurez gardé vos économies.

 

 

« Je suis trop jeune pour acheter… »

FAUX : Votre premier achat vous permettra d’en acquérir un second…plus grand. Vous aurez économisé des loyers et gentiment attendu que le marché monte - ce qui ne cesse de se produire chez nous depuis 11ans et ne va pas cesser (nous sommes le plus gros bassin d’immigration d’Europe du nord vers le sud (Source INSEE).

 

 


AVANT DE CHERCHER A VISITER…regardez votre porte- monnaie. 

 Si cette affirmation parait basique, elle ne va pas de soi et selon votre situation financière, une démarche différente s’impose.

 

1/ Vous disposez déjà effectivement de la somme nécessaire à votre acquisition. Que la somme provienne d’économies ou du fruit de la vente récente de votre maison, c’est la position la plus simple et la plus avantageuse pour vous. 

 

Elle vous permettra dès le départ de savoir de combien vous disposez pour ne pas vous laisser « embarquer » vers des projets que vous ne pouvez vous offrir, ou au contraire, d’être très large dans vos choix, de la maison à rénover entièrement, jusqu’au produit parfait.

 

Elle vous permettra, dès la première sélection d’être juste dans la liste de vos visites et de vérifier que ce dont vous disposez est en phase  avec le marché.

 

Elle vous permettra dès la première visite, d’être en vraie posture d’acquéreur (pas de simple promeneur) et de vous arrêter, sérieusement, sur les points essentiels à l’achat. 

 

Elle favorisera votre négociation car vous avez un profil rassurant pour les vendeurs et en cas d’offre simultanée d’un autre acquéreur (situation fréquente  sur le marché du bien de luxe ou de caractère, où les produits sont uniques), le paiement assuré vous donnera priorité dans le cœur de vendeurs, car vous les rassurerez.

 

 

2/ Vous ne disposez pas de la somme nécessaire à votre acquisition. L’impatience, l’envie et l’impulsion seront souvent mauvaises conseillères. Avant de chercher à visiter votre futur toit, commencez par trouver le moyen de l’acquérir. Si vous cherchiez d’abord ce toit, le trouviez, et ne pouviez pas vous l’offrir…vous seriez bien avancés !

 

- Si vous avez besoin de vendre avant de pouvoir acheter, commencez par faire estimer votre maison par une vraie agence immobilière, spécialisée dans votre secteur et dans votre type de bien: bien de caractère, bien de standing, marché de bord de mer, domaine à rénover, immeuble à rentabilité…etc, chaque marché se travaille différemment. 

Seuls les spécialistes le savent. Préférez les agences rigoureuses et qui ne vous brosseront pas dans le sens du poil, car ce sont celles qui ne vous feront prendre aucun risque sur la valeur de votre bien à la revente.

Une fois cette évaluation connue, allez voir votre banque ou un courtier, et voyez avec lui le montant que vous pouvez emprunter. Crédit (ou crédit-relais + crédit) + économies, vous permettront de connaitre parfaitement votre latitude d’achat. La rencontre avec le banquier ou le courtier va totalement vous éclairer. Elle est le plus souvent bien plus positive que ce à quoi l’on s’attend et va vous éviter d’amères déceptions « sur le terrain ».

Grâce à ce rendez-vous financier, votre position lors des visites sera quasiment similaire aux profils cités dans le point 1, car vous aussi, par votre sérieux, rassurerez les vendeurs et pourrez  effectivement vous offrir votre futur « chez vous », si vous tombez amoureux du jour au lendemain.

 

- Si vous n’avez un rien à vendre, allez voir votre banque ou un courtier et voyez avec lui le montant que vous pouvez emprunter. Crédit + économies, vous permettront de connaitre parfaitement votre latitude d’achat. La rencontre avec le banquier ou le courtier va totalement vous éclairer. Elle est le plus souvent bien plus positive que ce à quoi l’on s’attend et va vous éviter d’amère  frustations « sur le terrain ».

Grâce à ce rendez-vous financier, votre position lors des visites sera quasiment similaire aux profils cités dans le point 1, car vous aussi, par votre sérieux, rassurerez les vendeurs et pourrez  effectivement vous l’offrir, si vous tombez amoureux du jour au lendemain de votre futur « chez vous ».

 

SOYEZ ATTENTIFS …  mais sachez prendre du recul. 

Un acquisition est souvent anxiogène : on a peur de regretter, peur de faire un mauvais choix. souvenez-vous que le stress noie votre cerveau, ayez du discernement pour éviter de dramatiser des points de détail et focalisez vous sur les VRAIS points importants.

 

Tout est affaire de réflexion. Il ne faut JAMAIS acheter à l’aveugle. En revanche il y aura pour tout achats des points positifs (sinon vous n’en seriez pas à vous y intéresser), mais aussi des « moins ». Il faut vraiment que chaque écueil soit analysé par vos soins posément. 80% d’entre eux seront solutionnables et disparaitront, 20 % d’entre eux ne le seront pas. C’est sur ces 20% là qu’il faudra se poser la question : « est-ce rédhibitoire »?  très souvent, en ne paniquant pas et prenant suffisamment de recul, on s’aperçoit que NON, mis en balance avec les points positifs, ces 20% là, ne le sont finalement pas. Et sil restent vraiment rédhibitoires…il faut tourner les talons!

 

En cas de besoin de rénovation, faites vos analyses de coût sérieusement. Dans beaucoup de cas, nous observons que ne connaissant pas les tarifs de rénovation, les acquéreurs paniquent et annoncent des tarifs de rénovation farfelus qui les font renoncer à un projet. Ceux qui s’y attèlent sérieusement en revanche, ont le plus souvent de bonnes surprises…qui leur permettent de concrétiser leur rêve plutôt que de passer à coté. Chez TERRES d’OC IMMOBILIER SOTHEBY'S INTERNATIONAL REALTY nous sommes extrêmement avertis de la plupart des couts de travaux, nous pourrons vous aider à dégrossir votre réflexion.

 

On n’obligera jamais personne à acheter un bien de force, on n’obligera jamais personne à vous vendre un bien contre son gré non plus. Là encore, une transaction est affaire d’entente, de discussion, de concessions. SEREINEMENT.

Nul n’est l’ennemi de personne en cet instant précis: un propriétaire à autant envie vous vendre sa maison, que vous de l’acheter et Terres d’Oc Immobilier est le médiateur qui vous permettra d’aboutir à vos fins. Appuyez vous sur l’agence. ELLE connait mieux les propriétaires que vous et ce qui peut leur permettre d’accepter votre offre ou non, elle saura créer les montages ou accords entre vous qui faciliteront votre transaction, elle pourra écrire les promesse des propriétaires (meubles, délais, menus travaux …) et faire en sorte que ces promesses soient tenues...etc

Lire plus